Créer mon blog M'identifier

La jalousie

Le 20 mars 2016, 15:37 dans Lifestyle 0

Jealous_by_aR_Ka - Copie

INTRODUCTION

On est tous d'accord pour dire que l'anti héros de d'Oscar Wilde n'est pas présenté de manière flatteuse, si seulement il rentrait d'une énième soirée de débauche au moment de se faire tirer le portrait il aurait été plus facile pour lui d'éviter ce sentiment de terreur.

J'ai choisi cette illustration car l'effroi que ressent Dorian Gray en admirant ce fameux portrait me fait penser au sentiment déchirant qu'est la jalousie...

 

 

L’INTERDÉPENDANCE

Qu'est ce qui nous rend unique dans ce monde ?

Rien du tout ! Seulement le fait que nous puissions l'imaginer !

Ce qui nous amène à l'interdépendance. Ce sentiment d'appartenir tous à une même planète, d'avoir besoin les uns des autres, de partager les mêmes espoirs et les mêmes regrets.

Voir le monde en oppositions ne mène nulle part d'autre qu'au malheur. Voir les gens qui nous entourent en tant qu'obstacles ou adversaires contribue au repli sur soi car tout le monde peut devenir un potentiel ennemi.

De plus comme je l'ai entendu dire ; "plus on se repli sur soi, plus ça sent mauvais".

 

L'ACCOMPLISSEMENT PERSONNEL 

Je consens que la jalousie est une émotion  très difficile à surmonter. Surtout quand des gens de notre entourage connaissent un succès fulgurant !

CAS PRATIQUE

Un(e) ami(e) a décroché(e) le job de ses rêves

Vous avez grandi ensemble, vous avez tout connu ensemble, le lycée, l'université et les soirées. Cependant depuis quelques années vous êtes un peu moins proche qu'avant, vous avez pris un peu de distance.
La dernière fois que vous avez eu de ses nouvelles, tout du moins virtuellement vous apprenez sur facebook que la case emploi a été actualisée.
En effet l'intitulé de cet emplacement correspond au job que vous convoitez depuis le jour où vos études sont terminées.

Dans ce cas là 2 situations s'offrent à nous, la plus simple est de céder à la jalousie, de se remémorer tous les aspects négatifs de cette personne en s'imaginant que la chance devait être un facteur prépondérant pour avoir eu ce travail.
D'un autre côté je recommande de se servir de cette nouvelle comme facteur de motivation, de se dire que dans certains cas nos objectifs peuvent être difficiles à atteindre mais avec de la volonté et du travail rien ne semble impossible.

Si l'on s’arrête au sentiment de frustration immédiat rien ne changera mais il faut garder en mémoire que personne d'autre que nous ne peut choisir notre destin, à nous d'utiliser notre potentiel pour nous guider sur le chemin de nos aspirations.

jal3

LA JALOUSIE ET LA MÉMOIRE

Lorsque l'une information arrive vers nous, on se rend compte qu'il est très difficile de la voir telle qu'elle est, nous allons identifier son impact par rapport à ce que l'on pense savoir sur nous, sur les autres ou sur la vie.
La mémoire va servir de catalyseur de jugement tel le bois qui ravive le feu de la souffrance.
La réalité nous ne désirons pas réellement la comprendre, ce que nous voulons c'est faire coïncider les événements nouveaux avec notre système de valeur qui va nous permettre d'effectuer un jugement.
Si une connaissance gagne une récompense car il est excellent chef cuisinier. Moi aussi je cuisine mais je n'ai jamais eu de reconnaissances ! Cela signifie-t-il qu'il me surpasse car j'adore cuisiner ? Dois-je m'en vouloir ? Dois-je jalouser cette personne ? Le haïr ? Ou aller manger dans son restaurant ?

Lorsque l'on fait abstraction de tous nos souvenirs, que l'on ne rapporte pas le monde à notre personne, qu'on ne le redirige pas vers notre ego il ne peut y avoir de fracture ni de dissonance existentielle à aucun moment.

 

dorian_gray__ben_barnes_by_akalilith

CONCLUSION

Nous sommes tous uniques, ce sont nos choix et notre personnalité qui nous définissent. Si on se retrouve à vouloir être a la place d'un autre c'est que l'on à mal choisi la sienne.

 

 

"La jalousie est un monstre qui s’engendre lui-même et naît de ses propres entrailles."

William Shakespeare

 

Bonus

Que serions-nous seuls ?
Voyons nous les autres comme une forme de richesse ?
Sommes nous formatés pour répondre au besoin obsessionnel de succès ?
Que serait la terre sans le système solaire ?

PS : la dernière est la plus simple

Le côté obscur des réseaux sociaux

Le 20 mars 2016, 00:09 dans Lifestyle 0

Je ne sais pas pour vous mais si je devais croiser la plupart de mes contact Facebook je ne saurais pas quoi leur dire sauf peut être le fameux " ça fait longtemps" j'oubliais aussi le " tu deviens quoi ? "

Et encore je vous parle de ceux que j'arriverai à identifier en les apercevant au cours de mes sorties...

Pourtant on est tous fier d'avoir dépassé le cap des 100,200,300 amis...ou même des 1000 pour certains.

Cependant je ne suis pas sur que ces derniers contribuent à notre bien être, à moins de vouloir porter des oeillères, il est légitime de se poser la question concernant les méfaits de la popularité virtuelle et factice, celle qui ressemble à un bel emballage cadeau mais qui ne contient absolument rien qui ne pourra ne nous satisfaire...

CONQUÉRIR LES AUTRES 

La plupart d'entre nous, je parle des non mégalomanes avons cherché à être apprécié des autres, à devenir populaire et reconnu pour nos qualités sans vouloir non plus une popularité à la Elvis Presley.

Il y a quelques années nous pouvions nous contenter des gens que nous fréquentions régulièrement, alors que maintenant grâce à Facebook on ne peut plus se permettre d’être populaire, apprécié et même envié que par nos « réels amis ».

J'entends par là qu'il devient essentiel de conquérir des likes ou des «j'aime», de chercher sur internet les contenus les plus captivants à l'attention des juges et bourreaux que sont nos amis détenteur du fameux clic.

Celui qui dira ou non si ce qu'on vient de publier est «likable»

Si pour vous dépasser les 100 likes à le même goût qu'un verre d'eau fraîche en plein désert je suis au regret de vous annoncer que vous êtes dépendant à une forme de drogue relativement puissante.

CAS PRATIQUE

Vous revenez d'un concert exceptionnel de Tame Impala, ce groupe de musique connu mais sans l’être vraiment. A peine entrapercevez vous le soleil brillant à l'extérieur de la salle de concert que vous agrippez votre smartphone en invectivant Youtube de vos doigts décidés . En effet vous serez certainement le premier à avoir posté le fameux titre évènement « Feels like we only go backwards » que peu de gens connaissent.

Arrive le lendemain et les 2 seuls likes que vous obtenez sont celui de votre meilleur ami/e et d'un cousin éloigné. Vous vous dites que finalement peu de personnes apprécient ce groupe, jusqu'au moment ou vous découvrez qu'une amie d'enfance a posté la photo du menu B2 du restaurant japonais du coin représentant 8 sushis visiblement pas heureux d’être dans l'assiette. ..

Une certaine stupeur et une vive colère sont irrépressibles quand vous découvrez qu'un vulgaire plat saupoudré d'un #vivelethon font plus d'effet à certaines personnes qu'une sensationnelle expérience musicale...

SE CONQUÉRIR SOI MÊME

Je me posais la question pourquoi est-ce que les gens postent des photos de repas ou de leur plage de vacances ? Je me suis même demandé si les gens qui filmaient un feu d'artifice avec leurs smartphone au lieu de le regarder étaient sains d'esprit ?

Je me suis dit que ces personnes avaient besoin d'une certaine validation, d'une certaine reconnaissance. J'ai l'impression par exemple qu'apprécier un bain de mer dans les caraïbes ou une bouillabaisse sur le vieux port de Marseille avec ceux qui sont autour de nous n'est pas totalement satisfaisant.

Si nous ne recevons pas de gratification sur les réseaux sociaux le souvenir de ce délicieux repas que nous avons eu la semaine dernière aura un goût beaucoup plus amer que celui servi au restaurant...

Maintenant nous avons besoin de prouver aux autres et devons attendre que les autres approuvent.

A force d'admirer le prétendu bonheur des gens sur Facebook nous avons redoutablement peur de ne pas le connaître nous aussi.

En guise de réponse à nos contacts et surtout à nous même nous prenons l'habitude de poster le maximum de photos ou vidéos qui pourront obtenir des likes, des commentaires, voir même des démonstrations de jalousie.

Le cercle vicieux des réseaux sociaux nous fait à la fois peur et plaisir car nous devons sans cesse nous alimenter de l'admiration des autres sous peine de s'imaginer être quelqu'un de commun.

Je suis convaincu que revenir à une certaine forme de simplicité est essentielle.

Avec la perpétuelle volonté de vouloir montrer autres que notre vie est idyllique, nous retrouvons éternellement dépendant et ne savons plus ce qu'est la sensation d'apprécier le moment présent.

"La foule est une solitude"

Lyse Longpré

Liberum Arbitrium

Le 20 mars 2016, 00:05 dans Lifestyle 0

unknown-913571_960_720

INTRODUCTION

L’expression libre arbitre provient du latin «liberum arbitrium», littéralement la «liberté de la volonté» ou le «pouvoir de choisir». Dans son acception la plus ancienne, le libre arbitre est synonyme de liberté : c’est la capacité de se déterminer soi-même spontanément et volontairement. En un sens plus récent, le libre arbitre est la capacité de choisir entre plusieurs comportements.

CONSTAT

L’argent et la reconnaissance sociale sont glorifiés dans notre culture occidentale, ils sont le reflet de l’accomplissement personnel, du moins celui que l’on essaye de nous vendre à grand renfort de spots publicitaires et de success stories très présentes dans notre culture de masse.

On passe notre temps à fantasmer sur la vie des autres tout en rêvant que la nôtre s’améliore.

La routine et la force de nos habitudes nous poussent au changement. De même que l'ennui diffus, cette nébuleuse qui nous amène à rechercher un élément perturbateur...

On va donc faire appel à notre expérience et notre vécu afin de pouvoir atteindre les objectifs que nous impose notre société. On peut prendre pour exemple les ambitieux qui devront gagner le plus d’argent possible ou les romantiques qui auront pour but de trouver la fille ou le garçon qui leur correspond…

Même si ces objectifs de vie sont très respectables je pense que le mal réside à l’endroit où nos aspirations personnelles sont mises de côté.

Tel l'aveugle qui grimpe en haut d'une montagne afin d'y admirer la vue ; nous aurons la satisfaction du devoir accompli mais aucun sentiment d'amélioration dans nos vies.

graphics-954343_960_720

CAS PRATIQUE 

Je suis jeune, j’ai 18ans, j’ai eu la mention assez bien au baccalauréat. Ma vie est prometteuse car j’ai intégré une des plus prestigieuses écoles de Paris. D’autant plus que je suis en couple depuis maintenant 6 mois et je ne vous cache pas que l’idée de me marier à la fin de mes études ne me déplairait pas.

Je suis moins jeune mais pas encore vieux, j’ai 30 ans, je suis payé 5000 euros par mois, je suis marié et je serais bientôt parent. On peut dire que mes objectifs vont être atteint…

Mes parents sont fiers de moi, ils disent de moi à leurs amis que j’ai réussi ma vie.

Cependant je ressens un certain vide intérieur, en fait je suis satisfait parce que j’ai réussi ce que j’ai entrepris mais j’ai l’impression que la vie est passée trop vite car j’ai délaissé mes rêves, j’étais trop occupé à réaliser ce qu’on m’a dit qui était bon pour moi.

Je me demande maintenant en quoi je me distingue des autres personnes, en quoi je peux me distinguer des autres personnes, pourquoi j’ai ce besoin de me distinguer des autres personnes.

J’ai 40ans et 3 enfants, je suis heureux car j’ai compris que la vie n’était pas une succession d’étapes ou d’objectifs mais une continuité, celle ou nos désirs personnels doivent être pris en compte, ceux qui nous permettront de dire que notre vie à un sens…

match-1100912_960_720

L’individu que je décris est prisonnier de ces désirs. La société nous propose des débouchés relativement similaires où l’expression de notre humanité est réduite au maximum.

Au lieu de trouver un sens ou un fil conducteur à notre existence on nous propose des modèles de réussites qui sont ceux dictés par une société qui à pour objectif de nous faire consommer et de nous imposer sa morale.

On nous explique à longueur de journées que les possessions matérielles vont améliorer notre vie. Tout autant que le célibat à partir d'un certain age pourrait nous nuire.

Quels sont les études et les critères qui permettent de l'affirmer ?

Tout ce que je vois est une volonté pour nous faire rentrer dans des cases, d'endosser un rôle qui est censé nous donner l'impression d'avoir été choisi.

 

NOS DESIRS : UNE PRISON, OU UN CHEMIN VERS LA LIBERATION ?

On nous a trop longtemps vanté les mérites du succès, de la réussite ?

Mais qu’est-ce que la réussite ?

Celle qui est approuvée, validée, ou admirée par les autres ?

balloon-936780_960_720

De nos jours la réussite se défini par des critères qui sont complètement étrangers aux nôtres car ils sont définis par une société qui ne se préoccupe ni ne connaît les besoins individuels de ses membres.

Aller d’étapes en étapes, d’objectifs en objectifs…la promesse d’une satisfaction ou d’un plaisir imminent qui nous masque la réalité d’un conflit contre nous-même qui ne peut être gagné.

Nous sommes en prison, celle qui nous condamne à accepter un destin similaire, de créer des désirs qui ne nous correspondent en rien...

Cette prison où il est possible de se libérer que par un seul moyen, accepter de rejeter les chemins de la réussite que l’on envisage à notre place.

Notre mission est de savoir ce qui nous anime, ce qui nous donne le goût de vivre afin d’arracher les barreaux de la prison dans laquelle nous avons été enfermés !

La vie ne correspond pas à trouver une forme de but ou une finalité mais plutôt trouver un sens, notre raison de vivre en accord avec nos valeurs et notre nature profonde.

On ne doit pas résumer nos vies à faire des choses qui nous déplaisent afin d'obtenir un bref moment de plaisir car cette sensation s'efface très vite face à celle de la souffrance.

Même l'échec aura un parfum doux et sucré une fois que l'on se donne les moyens d'analyser qui nous sommes et ce que nous voulons devenir.

 

"L'homme est une marionnette consciente qui a l'illusion de la liberté."

Félix Le Dantec

 

Voir la suite ≫