unknown-913571_960_720

INTRODUCTION

L’expression libre arbitre provient du latin «liberum arbitrium», littéralement la «liberté de la volonté» ou le «pouvoir de choisir». Dans son acception la plus ancienne, le libre arbitre est synonyme de liberté : c’est la capacité de se déterminer soi-même spontanément et volontairement. En un sens plus récent, le libre arbitre est la capacité de choisir entre plusieurs comportements.

CONSTAT

L’argent et la reconnaissance sociale sont glorifiés dans notre culture occidentale, ils sont le reflet de l’accomplissement personnel, du moins celui que l’on essaye de nous vendre à grand renfort de spots publicitaires et de success stories très présentes dans notre culture de masse.

On passe notre temps à fantasmer sur la vie des autres tout en rêvant que la nôtre s’améliore.

La routine et la force de nos habitudes nous poussent au changement. De même que l'ennui diffus, cette nébuleuse qui nous amène à rechercher un élément perturbateur...

On va donc faire appel à notre expérience et notre vécu afin de pouvoir atteindre les objectifs que nous impose notre société. On peut prendre pour exemple les ambitieux qui devront gagner le plus d’argent possible ou les romantiques qui auront pour but de trouver la fille ou le garçon qui leur correspond…

Même si ces objectifs de vie sont très respectables je pense que le mal réside à l’endroit où nos aspirations personnelles sont mises de côté.

Tel l'aveugle qui grimpe en haut d'une montagne afin d'y admirer la vue ; nous aurons la satisfaction du devoir accompli mais aucun sentiment d'amélioration dans nos vies.

graphics-954343_960_720

CAS PRATIQUE 

Je suis jeune, j’ai 18ans, j’ai eu la mention assez bien au baccalauréat. Ma vie est prometteuse car j’ai intégré une des plus prestigieuses écoles de Paris. D’autant plus que je suis en couple depuis maintenant 6 mois et je ne vous cache pas que l’idée de me marier à la fin de mes études ne me déplairait pas.

Je suis moins jeune mais pas encore vieux, j’ai 30 ans, je suis payé 5000 euros par mois, je suis marié et je serais bientôt parent. On peut dire que mes objectifs vont être atteint…

Mes parents sont fiers de moi, ils disent de moi à leurs amis que j’ai réussi ma vie.

Cependant je ressens un certain vide intérieur, en fait je suis satisfait parce que j’ai réussi ce que j’ai entrepris mais j’ai l’impression que la vie est passée trop vite car j’ai délaissé mes rêves, j’étais trop occupé à réaliser ce qu’on m’a dit qui était bon pour moi.

Je me demande maintenant en quoi je me distingue des autres personnes, en quoi je peux me distinguer des autres personnes, pourquoi j’ai ce besoin de me distinguer des autres personnes.

J’ai 40ans et 3 enfants, je suis heureux car j’ai compris que la vie n’était pas une succession d’étapes ou d’objectifs mais une continuité, celle ou nos désirs personnels doivent être pris en compte, ceux qui nous permettront de dire que notre vie à un sens…

match-1100912_960_720

L’individu que je décris est prisonnier de ces désirs. La société nous propose des débouchés relativement similaires où l’expression de notre humanité est réduite au maximum.

Au lieu de trouver un sens ou un fil conducteur à notre existence on nous propose des modèles de réussites qui sont ceux dictés par une société qui à pour objectif de nous faire consommer et de nous imposer sa morale.

On nous explique à longueur de journées que les possessions matérielles vont améliorer notre vie. Tout autant que le célibat à partir d'un certain age pourrait nous nuire.

Quels sont les études et les critères qui permettent de l'affirmer ?

Tout ce que je vois est une volonté pour nous faire rentrer dans des cases, d'endosser un rôle qui est censé nous donner l'impression d'avoir été choisi.

 

NOS DESIRS : UNE PRISON, OU UN CHEMIN VERS LA LIBERATION ?

On nous a trop longtemps vanté les mérites du succès, de la réussite ?

Mais qu’est-ce que la réussite ?

Celle qui est approuvée, validée, ou admirée par les autres ?

balloon-936780_960_720

De nos jours la réussite se défini par des critères qui sont complètement étrangers aux nôtres car ils sont définis par une société qui ne se préoccupe ni ne connaît les besoins individuels de ses membres.

Aller d’étapes en étapes, d’objectifs en objectifs…la promesse d’une satisfaction ou d’un plaisir imminent qui nous masque la réalité d’un conflit contre nous-même qui ne peut être gagné.

Nous sommes en prison, celle qui nous condamne à accepter un destin similaire, de créer des désirs qui ne nous correspondent en rien...

Cette prison où il est possible de se libérer que par un seul moyen, accepter de rejeter les chemins de la réussite que l’on envisage à notre place.

Notre mission est de savoir ce qui nous anime, ce qui nous donne le goût de vivre afin d’arracher les barreaux de la prison dans laquelle nous avons été enfermés !

La vie ne correspond pas à trouver une forme de but ou une finalité mais plutôt trouver un sens, notre raison de vivre en accord avec nos valeurs et notre nature profonde.

On ne doit pas résumer nos vies à faire des choses qui nous déplaisent afin d'obtenir un bref moment de plaisir car cette sensation s'efface très vite face à celle de la souffrance.

Même l'échec aura un parfum doux et sucré une fois que l'on se donne les moyens d'analyser qui nous sommes et ce que nous voulons devenir.

 

"L'homme est une marionnette consciente qui a l'illusion de la liberté."

Félix Le Dantec